Et les humains dans tout ça ?

Publié le par Chiarastory

re constructif

Commentaire constructif
Je passe une bonne partie de mes week-ends sur différents forums et sites communautaires pour échanger des idées sur la protection animale. Souvent, la même remarque revient, sur un ton plus ou moins agressif, parfois sous la forme affirmative :

"C'est bien de s'occuper de la protection animale, mais personne ne se soucie de la protection des êtres humains qui en ont autant sinon plus besoin que les autres espèces."


J'ai déjà répondu à ce genre de remarque que je n'empêchais personne d'agir pour la cause humaine, mais que le sujet n'avait rien à voir avec la protection animale. On peut facilement chausser ses baskets le samedi aprem et aller promener un chien de la SPA. On ira plus difficilement en Afrique secourir un enfant sous-nutri en 2 h pendant le week-end... Il existe bien sûr les dons d'argent, mais pour l'investissement en nature, la participation active, les deux causes sont nettement différentes... Et accuser les défenseurs de la cause animale de ne pas aimer les humains a le don de me mettre en rogne...

Voilà un commentaire que j'ai trouvé intéressant en réponse à la remarque citée plus haut :

"Explique moi pourquoi les humains souffrent...? à cause des humains tout simplement!
Les hommes sont responsable de leurs malheurs! [...] Les animaux subissent nos lois, nos règles sans rien dire ont s'approprie des territoires sans même se soucier des espèces qui y vivent. On est également la seule espèce terrestre a faire des massacres, des génocides, on détruit toutes les choses qui nous gênent ou même qu'on aime[...]. La planète on la détruit à petit feu on scie la branche sur laquelle nous sommes mais les animaux, eux vivait tous plus ou moins en harmonie avec la nature chaque espèce aussi futile soit elle a un rôle déterminant dans le bon fonctionnement de cette planète.... [...]."

L'idée de fond me plait, car il s'agit de dire que les animaux sont victimes des humains. Il ne s'agit donc pas d'intervenir dans le monde animal, mais dans notre relation envers les animaux... Il n'y a donc pas à hiérarchiser les causes, puisque c'est l'action de l'Homme qui est néfaste, et qu'il s'agit d'agir sur l'homme. L'homme est responsable des famines (certains hommes sont responsables de famines qu'ils font endurer à d'autres hommes : on en a suffisament parlé avec les actions basées sur le blé et les bulles spéculatives qui se sont avérées meurtrières pour des populations entières), l'homme est responsable des guerres, l'homme est responsable de la déforestation, ... tout comme il est responsable de la maltraitance des animaux, des abandons, et autres mauvais actes... C'est un peu facile de dire que parce que des gens meurent de faim il faut laisser tomber la protection animale... En quoi le fait que l'on laisse les animaux à leur triste sort aidera les hommes ??

Le sujet peut sembler polémique, mais il n'en est rien pour moi. Il s'agit de rappeler que toutes les causes sont à prendre en compte, et que la cause animale a son importance, sans avoir à la hiérarchiser. Le jour où chacun agira pour une cause qui lui tient à cœur, il pourra parler... pas avant.

Publié dans Présentation

Commenter cet article

Lorelei 19/12/2010 17:16


Dans des cas de remarques comme ca, quand je ne m'énerve pas (ca m'arrive :p), je fais remarquer que toute les causes de protection sont bonnes, et que d'aider les animaux ne m'empêche pas de
m'engager auprès d'humain. L'an dernier je bossais avec des enfants handicapés, j'ai été membre d'associations d'aide à l'enfance (aller aider des gamins défavoriser ou primo arrivants, les suivre
chaque semaine...). ET pourtant on m'avait reproché de trop donner de temps à la cause animale, pas assez aux humains ! Le comble ? C'était des gens qui ne faisaient RIEN.

Bilan : Laisser dire. Nous, on fait quelque chose par rapport à des convictions. Ceux que ca dérange feraient mieux de regarder dans leur propre jardin ...


jean-claude LAMERE 26/11/2010 13:19


Bonjour,

Je vous cite "Il ne s'agit donc pas d'intervenir dans le monde animal, mais dans notre relation envers les animaux... "

En effet. C'est la conclusion à laquelle est arrivé le grand anthropologue, aujourd'hui disparu, Théodore MONOD et qu'il développe dans son livre, malheureusement épuisé, "Sortie de secours".

Sans vouloir hiérarchiser, Théodore MONOD pense que tant que l'Homme n'aura pas reconsidéré sa relation à l'animal il ne peut prétendre trouver de solutions à ses propres problèmes. Qu'il s'agisse
de corrida, de vivisection, de pédophilie, de proxénétisme et autres violations, tout relève de l'égoïsme et de la cupidité qui sont l'expression d'une immaturité et d'une mauvaise éducation. Il
n'y a qu'à regarder les comportements des enfants dans une cour de récréation pour être édifié sur la société en devenir.

Rares sont les enfants qui ressentent le plaisir de "donner" sans retour sur investissement. L'unique acte d'Amour qui se paye au moment même où il s'exprime. Aussi peu nombreux sont les hommes qui
le découvrent au cours de leur vie, par contre, les femmes sont de par leur condition de "mères" plus enclines à découvrir cet Amour dans la relation qu'elles entretiennent avec leurs enfants.

Tout n'est donc qu'une question d'AMOUR. Mais qu'est-ce que cela signifie??? Aimer, c'est être capable de reconnaître ce qui est beau, ce qui est harmonieux, c'est respecter (et non détruire) ce
qui procure de la joie. C'est vouloir partager ce bonheur que l'on a découvert avec l'autre en lui montrant le chemin. La personne qui "aime" n'attend pas en retour car elle est déjà comblée. Elle
sait que le respect des autres commence par le respect de soi-même. Ce n'est pas un commerce.

Pour en revenir à la question "animale". Défendre les animaux c'est défendre l'Humanité contre elle-même.

Quand Socrate dit qu'il vaut mieux subir une injustice plutôt que de la commettre, il montre que l'animal qui a souffert (dans l'arène par exemple) est moins à plaindre dans son innocence que cet
être pervers et cruel qui, en commettant la torture et le meurtre, agit contre sa conscience, donc contre lui-même.

Sauver les animaux c'est sauver l'Humanité.

Comment changer les choses??? Réponse: En changeant soi-même. Si je change alors, puisque je fais partie du monde, le monde change. Et pour que je change, il me faut élever ma conscience. Inutile
d'insister ici sur le fait que notre société matérialiste offre peu de moyens à nos enfants pour que ceux-ci puissent élever leur conscience.

Faisons ce triste constat que ce qui motive l'action chez l'être humain se résume à trois principes: Le désir, le pouvoir et le droit.

Exemple: Si j'aime manger de la viande, que j'ai le moyen de l'acheter et le droit d'en consommer, alors je vais en manger. Et cela est vrai en dehors de toute argumentation logique. C'est vrai
pour la cigarette ainsi que pour tout.
La cigarette donne le cancer, c'est prouvé, mais tous les fumeurs s'en foutent.

Si le paquet de cigarettes passait à 1000.- euros, il y aurait moins de fumeurs. Attaque contre le "pouvoir".
On voit que l'interdiction de fumer dans les lieux public fonctionne. Attaque contre le droit.
De même si l'on incluait un vomitif dans le tabac, le goût de fumer disparaîtrait. Attaque contre le désir.

On s'aperçoit ici qu'une seule de ces "attaque" est suffisante pour enrayer l'action.

Dans le cas qui nous intéresse, comme ce n'est pas demain la veille que notre société va se mettre à interdire la viande, ni faire passer le kilo de boeuf à 1000.- euros le kilo, on ne peut que
jouer sur le goût. Or pour tous les mangeurs de viande, la viande a bon goût. Par contre elle pourrait ne plus s'avérer aussi bonne pour ceux pour qui manger de la viande poserait un cas de
conscience.

Ne parlons pas de ceux qui ne mangent plus de viande pour des raisons de santé mais seulement pour une raison éthique.

Comment élever sa conscience? Certainement pas par le discours rationnel. Le discours cartésien fondé sur ce non-sens qu'est le "cogito ergo sum", nous a conduit a une société matérialiste
destructrice d'une multitude de valeurs fondamentales. En effet, plus je me perds dans le formalisme et mois mon "Être" existe, plus je m'écarte des questions existentielles. Merci à Descartes pour
nous avoir apporté la géométrie analytique, mais "pas merci" pour nous avoir fait croire qu'on allait tout résoudre à partir de là. Son "Discours sur la Méthode" connaît encore un plein succès dans
le domaine scientifique mais n'est d'aucun secours au niveau des relations humaines. Il n'y a qu'à voir le nombre des divorces.

Je ne vois donc pas d'autres solution que celle qui consiste à agir au niveau individuel et qui conduit, à terme je l'espère, à un immense mouvement de boycott.

Et pour que les consciences se réveillent, je pense qu'il faut "dénoncer" bien sûr, mais surtout tenter de toucher les coeurs et les esprits par tout ce qui est beau et noble. Je pense à toute
expression artistique en particulier. L'art comme disait quelqu'un dont j'ai oublié le nom, qui est cette "communication avec l'invisible" doit devenir le véritable langage commun à tous les êtres.
J'entends par "art" tout ce qui ne peut pas se ramener à des équations mathématiques. Tout ce qui relève de la sensibilité.

Sur cette scène, le cerveau de la femme ayant, d'après les dernières recherches, 11% de neurones en plus que les hommes en moyenne, a sans doute un rôle à jouer. Qu'elle arrête de vouloir rivaliser
avec l'homme sur un terrain qui n'est pas le sien et où, fatalement elle est perdante. Bien sûr qu'elle est capable de réussir aussi bien que lui dans les secteurs qui lui étaient autrefois
réservés. La preuve en est que les premiers de promotion des grandes écoles sont en majorité des femmes. C'est normal, 11% de neurones en plus et alors... qui peut le plus peut le moins.

Mais là où la femme a à y gagner le plus, c'est en ayant le courage de s'affirmer et en s'exprimant dans le domaine qui lui est propre et où, l'homme ne peut accéder par manque physiologique de
moyens. Elle doit devenir l'Egérie de l'homme, son inspiratrice, celle qui lui montre la voie à suivre qui est celle de la douceur, l'Amour, de la bienveillance.

A lui, à l'instar de ces chevaliers du 13 ème siècle, de mettre humblement genoux en terre devant la "femme de lumière", sans se sentir humilié, bien au contraire, puis que sa profession de foi ne
peut être que la servir pour le meilleur de l'Humanité en donnant sa vie si nécessaire pour cela. Quel acte plus noble peut il espérer commettre?

Il lui a été donné le temps pour montrer ce qu'il était capable de faire. C'est un échec cuisant et total. Il est temps pour lui de passer la main et de redonner le pouvoir à qui de droit.

Merci et bravo pour votre site.

Et pardon pour la longueur de mes commentaires

Jean-Claude LAMERE

jeanclaude.lamere@gmail.com


vkarole 08/01/2009 18:38

tres bien la réponse , tout le monde sait que les humains aussi ont besoin de protection , maisn' est ce pasla faute aux autres humains, s'il y a des SDF et de la cruauté , et non pas aux animaux .