Peta - Fur is dead

Publié le par Chiarastory

Cet hiver encore nous croisons des individus fiers d'arborer des poils qui ne leur appartiennent pas, et ont été retis à leurs véritables propriétaires dans des souffrances parfois atroces. La fourrure crée des victimes de la mode non-consentantes, qui agonisent lentement dans des pièges à machoires, se font dépecées vivantes, voient leurs articulations disloquées.

P
roies sauvages ou animaux d'élevage, la fourrure d'où qu'elle provienne, ne devrait plus être autorisée. Nous avons les moyens de nous tenir au chaud dans des vêtements synthétiques, sans voler leur peau et leurs poils aux animaux, comme le faisaient nos ancêtres préhistoriques.

La
fourrure est un commerce sordide, une aberration écologique. Pour un animal vi, quatre animaux dits "rebuts" sont aussi piégés, parceque les pièges à machoires ne font pas la difrence ! Chaque minute, 76 animaux sont massacrés après avoir enduré les pires souffrances, pour finir sur le dos d'une femme pour qui le doux pelage du vison, de l'ermine, du retard, véhicule des valeurs de noblesse, de raffinement.

L'
Angleterre, dont nous avons tant de leçons à recevoir concernant la protection animale, a tout bonnement interdit l'élevage d'animaux pour la fourrure, un premier pas encourageant, pourquoi ne pas la suivre ?

Pas de photos choquantes sur le blog, mais sâchez que si vous n'êtes pas convaincus de la cruauté du commerce de la fourrure vous trouverez des documents dans ce sens par Google. Vous verrez à la place, une campagne PETA avec comme icône Goran Visnjic, qui fût mon fantasme n°1 pendant les années "Urgences". ;)

Publié dans Fourrure

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article