Abbatage

Publié le par Chiarastory

Lettre ouverte aux humains, aux bouchers, aux employés des abattoirs
Lettre écrite par Pascale Lissiansky suite à un article de Luce Lapin paru dans le Charlie hebdo du 12 juillet 2006 qui dénonçait les conditions de transport des animaux vers les abattoirs.


"Vous savez que les bêtes rentrent toujours par derrière dans les abattoirs. Il ne faut surtout pas qu'on puisse les voir trembler, de la rue, ni gueuler leur peine, ni se prendre des coups de pied au cul quand elles refusent d'avancer. Les veaux savent ; dès qu'ils arrivent à l'abattoir, ils savent. Ils pissent et chient de peur, les yeux exorbités. Impossible de les raisonner. Ils pleurent, trébuchent et tremblotent en cherchant à se sauver, au grand dam des bouviers qui peinent à les canaliser dans les couloirs de circulation. Vous n'éprouvez rien, ni peine, ni pitié, ni dégoût, vous n'avez pas le mondre sentiment de culpabilité, quand vous assassinez vos bêtes, vous vous sentez aussi innocent que l'agneau qui vient de naître. Vous tuez ,tranchez sans état d'âme, avec de la rigueur et du professionnalisme. Vous avez déplacé les abattoirs loin des habitations pour n'être pas dérangé par les mauvaises odeurs ou par les beuglements qui troubleraient votre digestion. Vous vous êtes arrangé pour que la " viande " perde, à la découpe, son apparence d'origine. Il ne faut surtout pas la reconnaître. C'est ainsi que les bouchers d'aujourd hui hachent, tranchent et saucissonnent.Cachez ce sang que je ne saurais voir : voilà bien la dernière tartufferie de la civilisation en marche".

Merci dix mille fois à Luce Lapin de dénoncer ce scandale ; un jour,mais avec beaucoup de temps de temps et de temps, les consciences s'eveilleront et auront honte d'avoir perpetré ces crimes abominables. Luce,je vous embrasse de tout mon coeur et merci.

Pascale

Des phrases de cette lettre sont extraites du livre 'L'abatteur' de Franz-Olivier Giesbert.

Publié dans Dans nos assiettes

Commenter cet article

katleen 22/09/2010 23:23


quelle horreur je t'avoue que j'ai vraiment de plus en plus mauvaise conscience d'acheter de la viande. Moi qui adore les animaux. je crois que c'est encore pire depuis que j'ai mes deux bibis.