Séphora - Ne connaît pas la vivisection !

Publié le par Chiarastory

Selon Séphora, les tests sur animaux sont interdits. La loi a dû passer cette nuit car hier encore j'ai le souvenir que c'était l'une des préoccupations principales des associations de protection animale.
Pour qui nous prend t-on ?

"Nous faisons suite à votre e-mail daté du 21 septembre 2007. Vous souhaitez savoir si les produits que nous référençons font l'objet de tests sur les animaux.

Nous vous informons que, conformément à la règlementation Européenne, nous ne testons aucun de nos produits sur les animaux. Il en est de même pour les marques partenaires de Sephora.
(On parlerait donc des produits finis ?)

Rappelons que, d'une manière générale, les produits cosmétiques sont étroitement règlementés.

Avant même d'être mis sur le marché, chacun d'entre eux fait l'objet d'un dossier dit de "sécurité". Ce dossier est tenu à la disposition des autorités sanitaires de chaque pays.

Pour la France, il s'agit de l'Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé (AFSSAPS), du Ministère de la Santé et de la DGCCRF (Répression des Fraudes).

Les tests sur animaux sont interdits et cela est une condition sine qua none pour la mise en vente sur le marché des produits cosmétiques aujourd'hui.

Après leur mise à disposition sur le marché, les produits sont soumis au contrôle permanent de l' Agence. A tout moment, celle-ci peut, en cas de doute sur leur sécurité, ordonner qu'ils soient retirés du marché.

Nous vous informons également que la sécurité des substances utilisées dans les produits cosmétiques est régulièrement réévaluée par des Autorités Scientifiques indépendantes (françaises, européennes ou américaines notamment).

Nous espérons avoir répondu à vos interrogations.

Nous vous remercions de l'intérêt que vous portez à Sephora.

Sincères salutations,


L'équipe Sephora"

Conclusion : Séphora remporte la palme de la langue de bois et des jeux sur les mots. Les ingrédients des produits Séphora sont effectivement testés sur les animaux.


Commenter cet article